Serial Book Addict

Serial Book Addict

Ça de Stephen King

Bonjour à vous les serial booker !

 

Aujourd'hui, retour sur le tome 1 de Ça de Stephen King.

Vous le savez déjà, je suis une grande fan du King, mais j'ai un peu hésité avant de me lancer. En effet, j'ai vu le film de Tommy Wallace, "Il est revenu" sorti en 1990, quand j'étais petite (trop petite d'ailleurs !) et ça m'avait légèrement traumatisé ! ^^

Et puis, je dois quand même préciser que je travaille régulièrement de nuit, toute seule et que j'aime bien me faire un peu peur en lisant ce genre de roman, même si je le regrette un peu des fois ! ^^

 

 

Malgré ça, j'avais très envie de lire le livre et encore plus en voyant arriver le nouveau remake qui doit sortir fin 2017, je me suis donc lancée dans ce gros pavé !

 

Le résumé :

Périodiquement, dans la petite ville de Derry (Maine), des événements tragiques se produisent: des enfants disparaissent, d'autres sont retrouvés morts, le corps déchiqueté, des incendies éclatent. Six garçons et une fille de onze ans, qui forment un groupe d'amis fidèles, traquent cette "chose" abominable qui vit dans un réseau d'égouts abandonnés et peut prendre la forme qui lui plaît, y compris celle d'un clown qui attire les enfants avec des ballons de couleur. Ils croiront être parvenus à anéantir le monstre, mais vingt-sept ans plus tard tout recommence. Devenus adultes, les petits héros de 1958 se retrouvent pour affronter le mal à l'état pur. Une lutte longue et très périlleuse qui exige l'amour et l'amitié pour vaincre "Ça" qui, lui aussi, peut avoir peur...

 

 

Nous voici donc à Derry, petite ville du Maine, où nous allons suivre les (més)aventures du club des ratés, composé de Bill, Eddie, Richie, Ben, Beverly, Stan et Mike.

L'histoire commence en 1958, avec le meurtre de Georges, le petit frère de Bill, sauvagement assassiné alors qu'il jouait avec son bateau près des égouts.

C'est là que nous faisons la connaissance de Grippe-sous, le clown qui traumatisera des générations entières !

Le meurtre de Georges est le premier d'une longue série qui va plonger Derry dans la peur et l'incertitude, qui est donc ce psychopathe qui tue nos enfants ? Car en effet, personne n'a vu le clown qui a tué le petit Georgie...

 

Extrait :

"Un clown se tenait dans l’égout. L'éclairage n'y était pas fameux, mais néanmoins suffisant pour que George Denbrough n'ait aucun doute sur ce qu'il voyait. Un clown comme au cirque ou à la télé. Un mélange de Bozo et de Clarabelle, celui (ou celle, George n'était pas sûr) qui parlait à coups de trompe dans les émissions du dimanche matin. Le visage du clown était tout blanc ; il avait deux touffes marrantes de cheveux rouges de chaque côté de son crâne chauve et un énorme sourire clownesque peint par-dessus sa propre bouche."

 

 

Puis, soudainement meurtres et disparitions s'arrêtent, sauf que 27 ans plus tard, l'horreur revient à Derry... C'est alors que Mike, le seul de la bande à être resté à Derry, prends son téléphone et appelle les autres membres du club des ratés pour leur rappeler la promesse faites 27 ans plus tôt. 

La peur est revenue et Ça aussi...

 

 

 

Mon avis :

Ça donne envie non ?! Moi, en tout cas, ça m'a mis l'eau à la bouche ! Bon par contre, comme tous les Stephen King, c'est long, c'est lent et ça commence vraiment à bouger vers les derniers chapitres, autant dire qu'il faut être patient !

Pour être tout à fait honnête, j'ai failli décrocher et j'ai même commencé un autre livre en même temps, chose que je ne fais jamais d'habitude, parce que j'avais besoin d'un peu d'action ! Mais, j'ai tenu le coup et je n'ai pas été déçue !

 

 Je trouve, néanmoins, que certains passages sont un peu longs et n'apportent rien à l'histoire, je dirais même que ça alourdit la lecture, j'aime beaucoup les descriptions qui nous immergent

complètement dans un univers mais par moments, c'est vraiment trop ! Je connais, du coup, les moindres recoins de la ville de Derry et le moindre grain de beauté de tous ses habitants !

Cependant, j'ai vraiment passé un très bon moment de lecture et même si j'ai bien failli abandonner, paradoxalement il m'était impossible de le lâcher !

 

 

Donc, Ça se manifeste sous la forme de nos plus grandes peurs, loup-garou pour certains, momies pour d'autres, c'est d'ailleurs ce qui est intéressant, car tout au long de l'histoire, King, joue avec nos émotions et nos nerfs, et il nous pousse à nous poser la question : sous quelle forme, Ça, nous apparaîtrais ?

Le côté flashback donne une vraie dimension au roman, c'est d'ailleurs l'élément-clé du livre, celui qui nous fait tenir jusqu'au bout. On alterne entre 1958 et 1985, alors que la vie d'adulte de nos héros est (à mon avis volontairement) survolée, l'été 1958 (leur enfance donc) est plus développée, tout en laissant suffisamment de zones d'ombre pour que l'on soit dans le même état d'esprit que les héros qui ont quasiment tout oublié de cette période. Leurs souvenirs de cet été-là, vont donc commencer à refaire surface après le coup de fil de Mike, qui est pour eux comme une sorte d'électrochoc.

 

 

Côté personnages, j'ai eu la surprise et le plaisir de retrouver Dick Halloran, personnage de Shining, dans un petit rôle, mais ça m'a fait sourire de voir ce petit caméo, un peu comme la première fois que l'on voit Stan Lee dans un film Marvel ! Ça n'amène pas grand-chose au livre (ou au film) mais on est content de l'avoir vu !

Mais bon, c'est juste un petit détail, pour ce qui est des personnages principaux, ils sont tous très attachant, chacun ayant ses petits défauts qui font son humanité et qui leur donnent beaucoup de réalisme. Les enfants ont des attitudes d'enfants, ce qui n'est pas toujours le cas dans les romans, c'est très difficile pour un adulte de se remémorer son enfance et de la retranscrire au travers de personnages, bien souvent les enfants ont des attitudes trop adultes, trop réfléchies. Là, bien que nos personnages soient très matures, ils n'en restent pas moins des enfants.

J'ai beaucoup aimé cette bande de gamins un peu exclus car differents des autres : Bill à cause de son bégaiement, Eddie, gamin un peu rachitique souffrant d'asthme et d'une mère surprotectrice, Ben à cause de son surpoids, Richie à cause de sa grande gueule, Beverly, une gamine des bas quartiers, maltraitée par son père, Stan qui est juif et Mike qui est noir, rappellons-nous que nous sommes aux États-Unis à la fin les années 50... Bref tous ces enfants sont un peu à part, issus de familles souvent un peu compliquées (un thème qui semble cher à Stephen King puisqu'on le retrouve souvent dans ces romans), cela permet de plus facilement de s'identifier aux personnages, sur les 7 personnages, on en trouve forcément un qui nous parle.

Les personnages sont donc très construits, chacun avec une forte personnalité et tous s'accordent très bien les uns aux autres et on comprend très bien l'harmonie qu'il y a entre eux. On s'attache à eux et à leur histoire. Je ne pourrais pas dire que j'ai préféré un personnage plutôt qu'un autre, juste qu'au fil du livre j'ai eu l'impression d'intégrer la bande et de faire partie du club. C'est vraiment une grande force du livre.

Pour le personnage de Ça ou Grippe-sous, que dire, à part qu'il est effrayant à souhait et qu'il s'immisce dans notre tête de lecteur en réveillant nos plus grandes peurs d'enfants, mais aussi en mettant à jour nos peurs d'adultes. Et finalement, c'est peut-être ça qui est le plus effrayant dans le livre, ce qui nous est suggéré, plus que ce qui est écrit.

 

 

Donc l'histoire est angoissante, l'atmosphère est tantôt légère avec les souvenirs d'été d'une bande de gamins insouciants, tantôt pesante avec cette créature qui les pourchasse et les fait devenir adultes avant l'heure. Ce qui est sur, ce que Ça hantera vos nuits pendant longtemps, et bien après la fin de la lecture. J'ai beau ne plus être une gamine de huit ans terrorisée par un clown aux dents acérées, devant sa télé, j'avoue avoir eu de belles sueurs froides, surtout lorsque je me retrouve toute seule dans le noir !

 

Bref, je sais pas encore si je vais enchainer tout de suite avec le tome 2, histoire de me calmer les nerfs, mais ce qui est sur c'est que je vais y revenir très vite !

En tout cas, si vous aimez avoir peur, je vous le recommande vivement !

 

 

 

 Ma note : 4.5/5

 

Ça, tome 1 : Première parution 1986

Éditions : Albin Michel

Format : Numérique epub_ 627 pages

 

Retrouvez moi sur Facebook et sur Instagram

 

 

 



18/03/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser