Serial Book Addict

Serial Book Addict

Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris de David Zaoui

Bonjour les serials booker !

 

 

Aujourd’hui retour sur Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris de David Zaoui. 

Un roman qui fait du bien surtout par ces temps froids. 

 

 

 

Résumé :

« As-tu pensé, Alfredo, à ce que sera ta vie si tu ne parviens pas à percer dans cette voie qui est la tienne ? Que deviendras-tu ? Chauffeur routier, vendeur de cartes de visite, slameur ? Que pourrais-tu devenir  ? Tu ne sais rien faire. » 

Dans une HLM de banlieue, vivant sur le même palier que ses parents juifs italiens, Alfredo Scali est un loser au grand cœur qui se rêve artiste. Mais pas n’importe lequel ! Alfredo peint «  l’inconscient des animaux à travers leurs rêves » : celui des ours bipolaires et des crabes kleptomanes, entre autres...

Entouré d’un père soigneur dans un zoo et d’une mère qui prépare inlassablement des pâtisseries, d’une grand-mère foldingue atteinte d’Alzheimer, d’une touriste italienne aussi ensorcelante qu’inaccessible et d’un conseiller Pôle Emploi spécialisé dans les jobs neurasthéniques, sa vie d’artiste pleine de doutes et d’espoirs paraît sans issue. Tout va changer lorsque Alfredo va hériter… de Schmidt, le singe chargé d’assister sa grand-mère. Ce capucin malicieux, dressé pour aider les personnes dépendantes, va bouleverser la vie du héros, ainsi que sa peinture...

De Pantin à Montmartre, d’une friterie belge tenue par un drôle de rabbin aux plages paradisiaques de Saint-Domingue, ce roman tendre et déjanté vous entraînera sur les traces d'un artiste prêt à surmonter tous les obstacles pour atteindre son idéal.

 

 

Pour commencer, je tiens à remercier David Zaoui pour sa confiance et pour m’avoir confier son livre afin que je le chronique et quel plaisir j’ai eu à le lire !

 

 

 

Donc mettons nous dans le contexte : Pour Daisy, la grand-mère d’Alfredo, le diagnostic est tombé : Alzheimer. Alors plutôt que de prendre une aide à domicile, ils optent pour un singe d’assistance que Daisy baptisera Schmidt. Après quelques temps, la maladie prends le dessus et après avoir essayé de passer Schmidt au four avec un bouillon de volaille, Alfredo, artiste peintre en attente de succès et qui enchaîne les petits boulots pour survivre, décide de récupérer le capucin. C’est donc le début de notre drôle d'histoire. 

 

 

 

Que dire ? Ce roman est une pépite ! Il est drôle et rafraîchissant, on pourrait tout à fait le qualifier de feel-good intelligent. Car en plus de nous faire sourire, il nous fait réfléchir. Une belle réflexion sur la vie que l’on a et la vie que l’on rêve d’avoir et parfois, si l’on s’en donne les moyen, l’un n’est pas incompatible avec l’autre. Et c’est exactement ce dont j’avais besoin en ce moment, m’évader, tout en réfléchissant sur moi-même. Ce livre m’a fait comprendre qu’il fallait que je sois moi-même car tous les autres sont déjà pris et ce, peu importe ce que les autres en pensent et que l’on ne doit jamais renoncer à ses rêves. 

Alors pour ça, je dis un très grand merci à David Zaoui.

 

 

 

Pour ce qui est des personnages, je les ai trouvé tous très attachants, j’ai eu une tendresse particulière pour Daisy, la grand-mère, vu que je côtoie des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer pour mon travail et que je sais d’expérience que ce sont des personnes adorables. Le père d’Alfredo est un doux rêveur, sa mère une maman poule et son meilleur ami est ce qu’on pourrait qualifier de vrai ami, de ceux qui s’intéressent vraiment à ceux qu’ils aiment et qui disent toujours la vérité. Et Alfredo est tout simplement adorable et attachant avec ses doutes et ses remises en questions mais aussi ces certitudes.

Mais comme je le disais tout les personnages sont touchants, travaillés et profonds.

Toutes ces personnalités différentes permettent de s’identifier aux personnages, on se retrouve un peu dans chacun d’eux.

 

L’histoire est vraiment très sympa et originale. Les moments avec le conseiller pôle emploi m’ont fait beaucoup rire et d’autres passages m’ont presque mis la larme à l’œil, bon ok, en vrai j’ai pleuré et pas que de rire ! On s’attache sincèrement à Alfredo et on a envie de le suivre tout au long de cette aventure rocambolesque.

 

 

 

L’écriture est très fluide et vraiment agréable. Je l’avais déjà dit du premier roman de David Zaoui, que j’avais vraiment adoré. 

 

 

 

En tout cas ce qui est sur, c’est que dès les premières pages, on est happé par ce roman et qu’on ne peux plus le lâcher jusqu’à la dernière page ! Un véritable page-turner !

 

 

Bref je vous recommande vraiment ce livre génial, facile à lire et qui donne le sourire. 

Alors  n’hésitez pas à vous lancer et à soutenir David Zaoui et son roman et profitez en aussi pour lire Je suis un tueur humaniste son 1er roman, dont vous trouverez la chronique sur mon blog et aussi son interview. ;)

 


09/02/2019
1 Poster un commentaire

Le signal de Maxime Chattam

 

Bonjour les serials booker !

Aujourd’hui retour sur Le signal de Maxime Chattam.  Mon super cadeau de Noël ! Un roman plein de suspens et d’horreur, tout ce que j’aime ! ^^

Alors, à mon signal, c’est parti pour la chronique !  

 

Résumé : 

La famille Spencer vient de s'installer à Mahingan Falls.

Un havre de paix.

Du moins c'est ce qu'ils pensaient....

Meurtres sordides, conversations téléphoniques brouillées par des hurlements inhumains et puis ces vieilles rumeurs de sorcellerie et ce quelque chose d'effrayant dans la forêt qui pourchasse leurs adolescents...

Comment le shérif dépassé va-t-il gérer cette situation inédite?

Ils ne le savent pas encore mais ça n'est que le début...

 

 

 

 

Maxime Chattam est décidément doué pour vous mettre dans l’ambiance et vous angoisser.

 

Dans ce roman on suit les aventures de la famille Spencer Tom et Olivia, les parents et leurs enfants baby Zoey, Chad et Owen ainsi que des amis de leurs enfants Emma, Corey et Connor. Parallèlement on suit Ethan, le flic de la ville, le seul a voir qu’il y a un problème à Mahingan Falls.

Donc la famille Spencer, fraîchement débarquée dans la petite ville de Mahingan Falls, emménage à La ferme, une bâtisse magnifique, mais qui renferme des secrets et rapidement des événements troublants commencent à se passer. 

Et ce n’est que le début de l’angoisse pour la famille et pour toute la ville aussi d’ailleurs...

 

 

Bon alors honnêtement, j’ai vraiment aimé ce livre qui est un vrai page-turner mais, car il y a un mais, j’ai été un poil déçu de ne pas avoir plus peur que ça. :( 

Peut-être que j’aurais dû suivre les conseils de l’auteur et attendre une sombre nuit d’orage pour le lire !

Cependant, je reconnais que c’est assez angoissant, le suspens vous tient en haleine jusqu’à la fin et c’est carrément gore par moment, digne d’un Graham Masterton (et c’est un vrai compliment !). D’un certain côté, on a l’impression de lire un Stephen King, ce roman a d’ailleurs un arrière goût de Ça et j’ai beaucoup aimé ! :) 

L’écriture est très soignée et fluide. C’est vraiment agréable à lire, il n’y a pas de longueur, contrairement à un Stephen King, tout en prenant soin de nous livrer une histoire riche en détails qui nous font nous immerger complètement dans la ville et qui nous permets aussi de nous identifier aux personnages, de les comprendre et de les aimer et parfois même d’apprécier les plus détestables d’entre eux ou tout du moins de mieux les comprendre.

 

 

Pour ce qui est de l’intrigue, je n’en dévoilerai pas trop pour ne pas spoiler, mais je peux vous dire que je ne m‘attendais pas à ça en lisant le résumé, en fait je ne savais pas trop à quoi m’attendre d’ailleurs. Et j’ai été agréablement surprise par cette histoire de fantômes. Comme je le disais plus haut, une fois ouvert, j’ai eu un mal fou à le lâcher et à me détacher de l’histoire et j’ai été super triste de le finir. Et d’ailleurs pour ce qui est de la fin, elle est vraiment terrible ! C’est très réussi et ça peut même laisser entrevoir une suite.

 

 

Je voudrais aussi vous parler du livre en lui-même, il est juste magnifique !

La couverture tout d’abord, noire et brillante, les écritures et le dessin sont argentés et en relief, c’est très beau et très agréable au touché. Quand à l’intérieur, c’est pareil : magnifique ! Les pages sont bordées de noir et le plan de la ville en début de livre est très sympa. 

Certes le livre coûte un peu cher, je l’ai vu jusqu’à 25€ dans certaines enseignes, alors que la version numérique ne coûte que 15€, mais ça vaut vraiment le coup, tant cette édition est superbe. 

Bon par contre, comme il fait presque 800 pages, je peux vous dire qu’il pèse un âne mort et pour lire ou transporter dans votre sac à main, c’est pas hyper pratique ! ^^ Mais il est tellement beau et bien qu’on lui pardonne tout ! 

 

 

Bref tout ça pour dire que Maxime Chattam nous montre encore une fois toute l’étendue de son talent avec ce roman digne des plus grands. Et j’avoue que c’est un énorme coup de cœur que j’ai eu pour ce roman que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir attention petit spoil réservé à ceux qui ont lu le livre.

 

Je tiens à remercier Faustine Bollaert pour avoir empêcher son mari de tuer tout le monde, je crois que je ne m’en serais pas remise ! ^^

 


26/01/2019
0 Poster un commentaire

Cujo de Stephen King

Bonjour les serials booker !

 

Aujourd’hui retour sur Cujo de Stephen King. Comme vous le savez j’adore les romans du Maître de l’horreur et j’avais découvert l’adaptation cinéma de ce livre, il y a quelques années et j’avais bien aimé, ça m’avait donné très envie de le lire. 

Donc je me suis enfin lancée, alors c’est parti pour une chronique pleine de mordant !

 

Résumé :

"La chaleur tuera cet été ! ça va être terrible" avit prédit Evvie Chalmers la doyenne de Castle Rock. Et elle ne se trompait pas, l'été 1980 fut effectivement le plus chaud que Castle Rock eut jamais connu. Ce fut aussi un été sanglant.

 

 

Ah ! Stephen King ou l’art de transformer ce qui pourrait être un banal fait divers en un roman de 400 pages ! Il n’y a que lui pour réussir ça aussi bien. Pour la petite histoire l’idée de ce roman est venue à Stephen King alors que lui même avait emmené sa voiture chez un petit garagiste, perdu au milieu de nulle part, où il s’est retrouvé nez à nez avec un Saint Bernard de près de 100 kg qui n’était soit disant pas du tout agressif mais qui était tout de même prêt à l’attaquer ! Ce qui est le point de départ de l’histoire de Cujo.

 

 

Nous suivons donc les aventures de la famille Trenton ainsi que de la famille Cambers et de leur chien Cujo, un immense Saint Bernard doux comme un agneau (ou presque !).

Alors que Cujo est en pleine partie de chasse, il se retrouve la tête coincée dans un trou où il se fait mordre par une chauve souris infectée par le virus de la rage. Et nous voilà parti pour quelques heures d’horreur et d’angoisse pour les personnages ! Tout se passe assez vite et chacun est finalement acteur et responsable de ce qu’il lui arrive. 

L’histoire est finalement assez simple, une femme et son fils qui se rendent chez leur garagiste, un chien enragé et c’est parti ! Bah oui j’ai beau adorer Stephen King, ça reste quand même l’histoire d’une femme coincée dans sa voiture par un chien donc ne vous attendez pas à une aventure débordante d’action mais plutôt à beaucoup de suspens.

 

 

Les personnages sont assez crédibles, rappelons-nous que l’action se passe dans les années 80 mais pourtant j’ai trouvé que c’était tout de même une vision plutôt moderne, surtout pour le rôle des femmes dans le roman, pas de femmes potiches ou soumises mais au contraire des femmes qui prennent des décisions, pas toujours les bonnes mais bon !

Ce qui est intéressant aussi, c’est que par moment l’histoire est racontée du point de vue de Cujo, j’ai bien aimé avoir le « ressenti » du chien et sa manière de voir et de vivre les choses.

 

Comme d’habitude j’ai beaucoup aimé l’écriture et ce roman ne souffre pas des longueurs qu’on peut parfois reprocher à Stephen King. La lecture est donc assez fluide et le roman se lit facilement et rapidement, en tout cas, moi je l’ai dévoré, sans mauvais jeu de mot ! ^^ 

On ne peut pas dire que j’ai vraiment eu peur en lisant ce roman mais j’ai été tout de même angoissée du sort qui attendait Donna et son fils et je n’ai pas réussi à lâcher le livre avant d’en connaître le dénouement. Ceci dit si vous avez déjà peur des chiens, vous devriez peut être vous abstenir de le lire, car ça ne va pas vous aider ! ^^ 

 

 

Bref encore une fois je n’ai pas été déçue par Stephen King et j’ai vraiment aimé ce roman même si l’histoire est assez basique et je le recommande vivement. 

 

 


05/12/2018
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser